L'aménagement de la déviation de Nort-sur-Erdre se décompose en deux phases : la première consiste à aménager l'ouest de la déviation, et la seconde concernera la partie est.

2019 - 2022 : la première phase du projet


La jonction de la future déviation avec le réseau routier local sera assurée par l’intermédiaire de trois points d’échange :

  • Un carrefour giratoire à l’ouest avec la RD 164, au niveau de « La Bricaudière ».
  • Un échangeur dénivelé au nord avec la RD 121 et la RD 69, à la « La Verrière ».
  • Un carrefour giratoire à l’est avec la RD 178, au nord du carrefour actuel de « La Pancarte » qui raccorde la RD 178 à la RD 164 (route d’Ancenis).


La continuité du contournement jusqu’à la RD 16 sera assurée par la voirie de la zone industrielle de « La Sangle », où la communauté de communes d’Erdre et Gesvres a aménagé, avec le concours financier du Département, un giratoire à l’extrémité sud.

1ere phase

Bon à savoir

Durant cette phase de travaux, des perturbations à la circulation sont à prévoir, et des déviations locales seront mises en place pour assurer le transit des véhicules.


2023 - 2027 : la deuxième phase du projet


Pour cette deuxième phase, le programme de travaux prévoit la construction d'ouvrages d'art pour assurer les continuités routières et ferrovières de :

  • La voie communale menant du « Champ Peneau » au « Prutot ».
  • La RD 121 (route de Nozay) au-dessus de la future déviation ainsi qu’au-dessus de la voie ferrée Nantes – Châteaubriant.
  • La voie ferrée Nantes-Châteaubriant au-dessus du contournement.
  • La RD 69 au niveau de « Saint-Yves » et de la RD 178 à « La Pancarte »


Le franchissement de la vallée de l’Erdre sera assuré par un viaduc d’une longueur de 130 m environ.
Celui-ci sera couplé à trois ouvrages de décharge d’une largeur de 10 à 15 m chacun pour éviter que le remblai du contournement ait un impact sur les conditions d’écoulement de l’Erdre.

2ephase


Des mesures environnementales


À
 noter qu’au titre des mesures compensatoires environnementales, le chantier s’accompagnera de la restauration / renaturation de 13,05 ha de zones humides situées dans la vallée de l’Erdre ainsi que d’aménagements en faveur des batraciens.

Photo illustrative